Affichage de 750 résultats

Notice d'autorité
Personne

Pantillon, François

  • Personne
  • 1928-

"François Pantillon est né à La Chaux-de-Fonds en 1928. Il commence ses études musicales avec son père. A 17 ans, encore élève du gymnase, il dirige ses premiers chœurs. A 20 ans, diplômé de la Société Suisse de Pédagogie musicale, il se rend au Conservatoire Royal de Bruxelles, centre de la célèbre "Ecole belge du violon", où il poursuit ses études durant cinq ans. Ses maîtres sont Carlo van Neste (violon), Francis de Bourguignon (harmonie et contrepoint), Jean Absil (fugue), René Defossez (direction d'orchestre). En 1950 il reçoit un premier prix avec distinction en classe d'harmonie, l'année suivante un premier prix de contrepoint et en 1952 un premier prix de violon avec le "Prix van Dam", un archet de valeur, attribué au lauréat "premier nommé". A cette occasion le célèbre violoniste Arthur Grumiaux, membre du jury, relève les qualités stylistiques remarquables de François Pantillon dans l'interprétation d'une Partita de J.-S. Bach. Une année plus tard, après avoir dirigé une répétition de l'Orchestre National de Belgique et dirigé de mémoire une dizaine d'œuvres symphoniques, il est récompensé par l'obtention du "Diplôme de direction d'orchestre". Remarquons ici que durant ses années bruxelloises, François Pantillon a bénéficié d'une culture particulièrement riche et de la qualité d'une institution qui, après la guerre, avait la réputation d'être celle, en Europe, qui s'était relevée le plus rapidement. C'est peut-être de cette période que date l'éclectisme de l'étudiant, qui ne paraît pas la moindre de ses qualités d'artiste. Pendant les années suivantes il suivra des cours de direction auprès de Paul van Kempen à l'Accademia Chigi di Siena et de Franco Ferrara à Hilversum. Aux Musikfestwochen de Lucerne en 1956 il est appelé en tant que violon solo de l'Orchestre de Jeunes du cours Herbert von Karajan. Il reçoit l'éloge du Maître pour son interprétation du solo de la Symphonie No 1 de Brahms. En outre par faveur spéciale il dirige l'orchestre et est finalement choisi, ainsi que cinq camarades parmi la trentaine de participants venant de plusieurs continents, pour prendre part au concert final et conduire l'Orchestre Suisse du Festival dans L'Oiseau de Feu de Strawinsky." Biographie de Renato De Aguiar. Source : http://www.pantillon.com/index _biographie.htm, [page consultée début juillet 2013]

Kaelin, Pierre

  • Personne
  • 1913-1995

figure incontournable du paysage musical fribourgeois, Pierre Kaelin est né le 12 mai 1913 à Estavayer-le-Lac. Après avoir obtenu sa maturité gymnasiale au collège de l’Abbaye d’Einsiedeln, il entre, en 1933, au Séminaire diocésain de Fribourg et seconde l’abbé Joseph Bovet en tant que maître de chant. En 1937, il est ordonné prêtre et fréquente l’École César Franck et l’Institut grégorien à Paris jusqu’en 1939. Ses études sont interrompues par la guerre et il s’engage comme aumônier et officier des loisirs dans l’armée suisse (création du Quatuor du Régiment de Fribourg , du Joli Chœur de Bercher, du Quatuor Kaelin et du Quatuor ABCD). Il reprend ses études à Paris en 1946 et obtient un diplôme de composition, direction d’orchestre et chant grégorien en 1947. La même année, il est nommé vicaire et maître de chapelle à la paroisse de Notre-Dame du Valentin à Lausanne. En 1949, succédant à l’abbé Bovet, il devient maître de chapelle à la Cathédrale de Fribourg (jusqu’en 1983) et également professeur à l’École normale cantonale (jusqu’en 1977).
En parallèle à son activité paroissiale, il crée plusieurs chorales qui auront un rayonnement important dans le canton. En 1952, il fonde la Chanson de Fribourg : un chœur mixte regroupant une trentaine de choristes en costume folklorique et au répertoire varié. Il y restera à sa tête jusqu’à ses 80 ans en 1993. En 1957, pour présenter le répertoire classique au grand public, il crée le Chœur Symphonique de Fribourg (premier nom : Chœur Symphonique de la Cathédrale) et dirige les grands chefs-d’œuvre de la musique chorale symphonique jusqu’en 1986 (puis, la direction du Chœur est reprise par son neveu Pierre Huwiler). En 1971, il fonde Les Petits Chanteurs de Fribourg afin d’encourager le chant choral auprès des enfants. Composé uniquement de garçons entre 7 et 13 ans, leur répertoire est très varié (folklore, chants modernes religieux ou profanes). Ils sont accompagnés par un orchestre en play-back. Les Petits Chanteurs de Fribourg disparaissent en 1984. Pierre Kaelin dirige également d’autres chœurs comme le Chœur mixte Paroissial du Valentin (1947-1949) ou le Chœur mixte de la Cathédrale de Saint-Nicolas (1949-1983).
L’abbé Kaelin est aussi un compositeur prolifique, avec plus d’un millier de compositions, telles que des oratorios (La Symphonie des deux Mondes, 1980 ; Liturgies d’été, 1981 ; Pslamus friburgensis, 1981 ; La Messe là-bas, 1991), des cantates (Messire François, 1953 ; La Joie partagée, 1965 ; etc), des musiques de scène (Terre promise, 1960 ; La Grande aile, 1960 ; etc.), des festivals (Terre de Gruyère, 1963 ; Terres de Fribourg, 1981 ; etc.), des suites chorales (Negro Spirituals, 1953 ; etc.), un opéra (Ischa, 1969), etc. Il publie également « Le Livre du Chef de Chœur » en 1949, complété et réédité, en 1974, sous le nom de « L’Art Choral ». Il possède également des talents – moins connus – d’inventeurs. Ses inventions (comme le tékaphone) ont été léguées à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg en 2010 par André Glardon.
Pierre Kaelin s'engage aussi dans des projets humanitaires. Il fonde le CIMAL (Centre d'information mondial anti-lèpre) en 1965 et s'implique également auprès de "Musique Espérance", association fondée en 1982 par le pianiste argentin Miguel Ángel Estrella, dont la vocation est de mettre "la musique au service des Droits de l'Homme, de la Paix et de la Jeunesse". Kaelin coordonne les activités de la fondation en Suisse et pose les premier jalons de l'antenne fribourgeoise, qui verra le jour en 1998. Il s'engage également au ravers de certaines oeuvres comme "La Joie partagée", dont il compose la musique sur des textes de l'Abbé Pierre, ou la "Symphonie des Deux Mondes", sur des textes de Don Helder Cámara, avec laquelle il réalise une tournée mondiale à vocation humanitaire entre 1980 et 1990.
Pierre Kaelin décède le 1er juin 1995 à l’âge de 82 ans.

Anderegg, Jean-Pierre

  • Personne
  • 1941-

Jean-Pierre Anderegg a consacré sa vie professionnelle à l’étude de la maison rurale suisse et en particulier à celle des cantons de Fribourg, de Berne et du Valais. Il a été collaborateur scientifique du Musée de Ballenberg et des Services des biens culturels de Berne et de Fribourg. En tant que recenseur des fermes et des chalets d’alpage du canton de Fribourg, il a publié les deux tomes fribourgeois de la série « La maison rurale suisse », édité par le Fonds national de la recherche scientifique (Fribourg I, 1979 et Fribourg II, 1987) ainsi que « Les chalets d’alpage du canton de Fribourg » (1996), « Une histoire du paysage fribourgeois » ( 2002) et « Fribourg, un canton vu du ciel » (2010), ce dernier avec Ulrich Ackermann. Tous ces ouvrages sont bilingues (français/allemand).

Jauquier, Charles

  • Personne
  • 1920-1998

Charles Jauquier est né le 12 février 1920 à Coumin (commune de Cheiry FR) dans une famille d'agriculteurs et de musiciens. Son talent musical est repéré à l'école par son instituteur, tant est si bien qu'à l'âge de 8 ans il participe déjà à la liturgie paroissiale à Surpierre (FR). Actif chez les Pinsons de Saint-Nicolas de 1937 à 1945 où il se fait remarquer par l'abbé Joseph Bovet, il intègre en 1944 la classe d'Ernest Bauer, soliste de la Fête des Vignerons 1927, au Conservatoire de Neuchâtel. Quelques années plus tard, il part à Lausanne où commence la consécration nationale du ténor fribourgeois. En effet, il achève en 1954 ses classes professionnelles au Conservatoire auprès de Paul Sandoz avec, à la clé, le Premier Prix de virtuosité et en 1955 il est le soliste de la Fête des Vignerons de Carlo Hemmerling. Jauquier a été jusqu'en 1985 très présent dans le domaine de la chanson populaire et liturgique : soliste de la " Chanson de Fribourg " de l'abbé Pierre Kaelin, chantre de la cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg aux côtés de Pierre-Georges Roubaty, enregistrements pour les radios de Lausanne, Berne et Lugano, et diverses collaborations avec des compositeurs tels que Georges Aeby, Carlo Boller ou Bernard Chenaux, entre autres. Hors de nos frontières il est également rapidement reconnu en étant lauréat du Concours international de Verviers en Belgique en 1954. Il parcourt ensuite les villes en chantant à Francfort, Salzbourg, Londres, Paris, Rome, et Tokyo notamment, sans oublier Colmar où pendant plus de 20 ans il chante sous la direction du maître de chapelle André Roth. Après une riche carrière au répertoire varié (chant liturgique, chansons populaires en français et en patois, oratorios), le ténor au " timbre d'or " s'éteint le 26 août 1998 dans un home à Villars-sur-Glâne où la maladie l'avait contraint à se retirer.

Thévoz, Jacques

  • Personne
  • 1918-1983

Autodidacte au bénéfice d'une formation de carrossier, Jacques Thévoz exerce le métier de photographe dès l'age de 20 ans en enchaînant portraits, spectacles, fêtes, voyages et reportages en tous genres. En 1955 il obtient le certificat de l’Ecole de photographie de Vevey. Un regard aigu, humain, généreux et malicieux, un mélange d’humour et de tendresse pour les gens qu’il photographie caractérise toute l’œuvre du photographe. Esprit libertaire, il demeura fidèle jusqu’au bout à un mode de vie qu’il qualifia lui-même de bohémien. Devenu réalisateur, il produit en 1962 son premier film documentaire pour la TSR (Fribourg insolite) ; de 1962 à 1973 il est caméraman pour des émissions telles que "Continent sans visa" et réalise des séries d’émissions pour les départements «Jeunesse, Sciences et Education» et «Culture». Dès 1971, il quitte Fribourg et s’installe à Genève. En 1980, Jacques Thévoz vend ses archives à l’Etat de Fribourg pour financer «Vulcain», son dernier film.

Bersier, René

  • Personne
  • 1930-2020

René Bersier dit “Bimbo” (03.07.1930-21.08.2020) débute sa carrière de photographe en 1952 à Payerne puis installe son atelier à Fribourg en 1955. Dès 1960, il est affilié à l’œuvre (OEV), l'association suisse d'artistes, d'artisans et d'industriel. Entre 1962 et 1981, il remporte divers prix : le Prix de la Bourse fédérale des Arts Appliqués deux années consécutives en 1962 et 1963 ; des prix nationaux et internationaux récompensant plusieurs livres qu’il a illustré de ses photographies, tel que le Grand Prix International des Livres Touristiques pour Les Trois Lacs/Die Drei Seen. A partir de 1981, il participe chaque année à des expositions collectives ou individuelles. Il réalise également des œuvres permanentes pour divers entreprises et institutions, dont la décoration murale pour la SBS (actuelle UBS) en 1995 et le projet lauréat du concours « Fribourg en 2002 » qui est exposé à l’Hôtel de Ville. En 1985, il devient membre de la SPSAS, aujourd’hui VISARTE, section fribourgeoise. Dès 1999, il collabore avec divers poètes dans la création de livres artistiques.

Résultats 1 à 15 sur 750