Fonds LD 46 - Fonds Paul THIERRIN (1923-1993)

fichier principal

Zone d'identification

Cote

CH BCUF LD 46

Titre

Fonds Paul THIERRIN (1923-1993)

Date(s)

  • 1943-1995 (Production)

Niveau de description

Fonds

Étendue matérielle et support

3,4 m.l.

Zone du contexte

Nom du producteur

Notice biographique

En 1974, Paul Thierrin fit paraître un recueil de poèmes et d'aphorismes portant le titre provocateur " Sexocardiopsychoencéphalogrammes ", ouvrage qui fut accueilli par la critique avec un enthousiasme hésitant. L'auteur a fait suivre, durant les années suivantes, quelques autres titres, dont le recueil " La femme et l'enfant ", contenant des contes et fables. En 1977, l'homme de Lettres Alain Bosquet adressa une lettre à Paul Thierrin en posant cette question : " Qui êtes-vous ? Je ne vous connais pas. " Quelques mois plus tard, dans un article paru dans le " Magazine littéraire " de février 1978 (" Un amoraliste "), il écrit : " Je ne veux pas me vanter d'avoir découvert un écrivain de génie, mais ... je dois considérer Paul Thierrin comme un des penseurs et un des stylistes les plus originaux de ce temps. " Ce jugement lui ouvrit les portes de " La Table ronde ", 1980. Cette reconnaissance parisienne aida grandement Paul Thierrin à se faire une place bien en vue parmi les écrivains de la Suisse romande durant les années 1970 et 1980. Paul Thierrin était né le 4 novembre 1923 à Surpierre (FR). Les études classiques au Collège de Saint-Maurice achevées, il obtient une licence ès Lettres à l'Université de Fribourg. En ce temps-là, ses activités sont très diverses : voyages aux quatre coins de l'Europe, gagne-vie à cheval entre poésie, rédaction, journalisme et enseignement. Il publie en 1947 un premier recueil de poèmes (" Femmes, rêveries, ennuis ... ", un autre en 1949 (" Chemins "), œuvres que l'auteur a reniées plus tard, dans sa seconde période de création littéraire. À partir de 1948, Paul Thierrin collabore régulièrement au " Fribourg illustré " et au " Républicain " (Estavayer-le-Lac " où il publie entre 1948 et 1958 454 articles sous la rubrique hebdomadaire " Le billet d'un républicain ". Durant la brève existence de " Forces ", il assuma la rédaction de cette " Revue internationale des arts et des lettres ", dont seulement deux fascicules ont vu le jour en 1949 aux Bois (JU) sous la direction de Jean-Louis Rebetez. En 1948, enfin, Paul Thierrin accepte un engagement de professeur à l'école Bénédict de Bienne. Sentant le manque cruel de moyens d'enseignement, le professeur de langues et de commerce commence bientôt à créer de nombreux manuels qu'il publie dans sa propre maison d'édition, " Panorama ", fondée en 1951 à Bienne. Toujours dans la même perspective, il trouve un combattant fidèle en la personne du professeur Jean Humbert de Fribourg qui livre une douzaine de titres. En 1954, Thierrin s'établit pour quelques années à Fribourg où il se sent peu à l'aise ; vers la fin de la décennie, il retourne à Bienne, fonde en 1958 l'École prévôtoise à Moutiers, puis, en 1967, l'École Panorama à Bienne qu'il cédera en 1976 pour prendre, en 1977, la direction de l'école Bénédict à Neuchâtel jusqu'en 1987. Un certain succès éditorial de ses ouvrages pratiques permit à Paul Thierrin de se lancer petit à petit dans l'édition littéraire. Parmi ses auteurs, on trouve C.-F. Landry, Mireille Kuttel et Élisabeth Burnod. Il a édité les Valaisans Maurice Métral et Maurice Zermatten, sans oublier les Fribourgeois René de Weck, Léon Savary et Netton Bosson. Un article paru dans " Fribourg illustré " en 1948 lui avait valu un premier contact avec son idole de jeunesse, Blaise Cendrars. En 1960, juste avant la disparition du célèbre auteur, Thierrin édita la monographie de Jean Buhler consacrée à cet " Homme libre, poète au cœur du monde ". Il avait ainsi lancé la collection " Célébrité suisses ", à laquelle il ajoutait encore le titre de Freddy Buache sur l'acteur Michel Simon (1962). Un autre ouvrage prévu sur l'artiste Adrien Wettach, connu à tout le monde sous le nom de " Grock ", ne put se réaliser à cause de sa mort subite en 1959. En dépit de nombreuses difficultés, il tient debout, jusqu'à la fin de sa vie, avec son " Panorama " ou il assume toutes les tâches d'une maison d'édition : comité de lecture, promoteur, administrateur, comptable, secrétaire, vendeur. Selon une indication dans son livre posthume (" Roses acides ", 1995, p. 132), la production totale des Éditions du Panorama atteint le nombre de 161 titres publiés, chiffre non vérifiable par les documents ici répertoriés, les affaires éditoriales ayant passées à la fille du défunt. C'est donc relativement tard, à l'âge de 50 ans, que Paul Thierrin relance sa " carrière " d'écrivain avec son recueil " Sexo ". S'il est vrai qu'il a quelque peine à être pris au sérieux par son entourage immédiat ou par ses lecteurs en Suisse romande, personne ne conteste son talent et l'originalité de sa plume. Il se profile en maître de la forme courte : du conte, du poème en forme libre, de l'aphorisme, si bien qu'Alain Bosquet pouvait s'écrier : " Vous êtes le Cioran de l'Emmenthal ". Une seule fois, il s'est essayé au roman, avec son " Téléphone violet ", ouvrage inachevé qu'il abandonnera vers 1987 après consultation de quelques amis (cf. B-24). La somme d'une dizaine de recueils est ainsi le fruit du temps libre de l'éditeur, temps qu'il consacrait au voyage et à la réflexion sur les contradictions de la vie quotidienne, sur l'absurde de l'être humain. La pensée intime de Paul Thierrin ne s'épanchait pas dans un quelconque journal, elle est devenue poésie, aphorisme, conte. Si l'écho à son avis trop modeste du public le plongea souvent dans la mélancolie, il a vécu tout de même la satisfaction de quelques belles distinctions : Prix de l'Académie des Treize, 1976 (pour " Sexo "), prix de la Société jurassienne d'émulation, 1979 (pour " la femme et l'enfant "), prix Henri-Jousselin de l'Académie française et prix de l'État de Berne, 1979 (pour " Les limonaires ", grand prix de l'Humour noir, 1980 (pour Buffet froid "). Nul besoin donc pour Paul Thierrin de cacher les effets de sa plume, de se sentir un isolé parmi les écrivains de son pays. S'il pouvait être utile à un confrère (c'était bien son objectif comme éditeur), il n'a pas ménagé ses forces. Il a collaboré activement à plusieurs manifestations littéraires (Journées littéraires de Soleure, Rassemblement culturel romand, Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens, Rencontres poétiques internationales en Suisse romande) et prêtait régulièrement son concours à des émissions de la Radio. En 1987, Paul Thierrin quittait l'enseignement pour disposer de plus de temps pour ses loisirs et son écriture. Souffrant d'une maladie de longue date, il met sur papier ses dernières réflexions qui seront publiés dans un recueil posthume (" Roses acides, poèmes et aphorismes ", 1995). Il est décédé à Bienne le 19 décembre 1993

Histoire archivistique

Paul Thierrin avait prévu, vers 1990, suite à des contacts soutenus avec Étienne Chatton, alors Président de la Société fribourgeoise des écrivains et collaborateurs de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (BCUF), de déposer ses papiers à Fribourg, sans toutefois tenir compte formellement de cette volonté dans son testament. Madame Marie-Thérèse Devaud, compagne de Paul Thierrin et légataire de son œuvre, déposa le 8 février 1995 un premier lot de documents à la BCUF, dans l'intention de donner suite aux vœux de son ami défunt, mais précisant bien qu'il s'agissait d'un don et non pas d'un legs de Paul Thierrin. Une convention dans ce sens fut signée en été 1999 entre la donatrice et la BCUF, rendant public ce dossier sous des droits d'auteur et des dispositions de la protection des données personnelles. C'est ainsi que l'ensemble des papiers laissés par Paul Thierrin fut réuni au Cabinet des manuscrits de la BCUF, formant désormais le Fonds Paul Thierrin

Source immédiate d'acquisition ou de transfert

Don de Marie-Thérèse Dévaud, 8 février 1995

Zone du contenu et de la structure

Portée et contenu

  • Manuscrits de travail, dossiers des œuvres publiées, correspondances et papiers personnels, documents relatifs aux Éditions du Panorama, photographies et enregistrements sonores
  • Langue des documents : français

Évaluation, élimination et calendrier de conservation

Accroissements

Mode de classement

Classement par genre littéraire ou type de documents

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d’accès

Embargo de 30 ans à compter de la date de production du document

Conditions de reproduction

Utilisation et reproduction sous réserve du droit d'auteur et de la protection des données

Langue des documents

Écriture des documents

Notes de langue et graphie

Caractéristiques matérielle et contraintes techniques

Instruments de recherche

Inventaire du fonds consultable à la Bibliothèque cantonale et universitaire sous forme papier ou numérique

Zone des sources complémentaires

Existence et lieu de conservation des originaux

Existence et lieu de conservation des copies

Unités de description associées

Descriptions associées

Zone des notes

Note

Mention pour citation : Fribourg, B.C.U., Fonds Paul Thierrin (LD 46)

Identifiant(s) alternatif(s)

No RERO

R008278949

Cote pré-migration

LD 46

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle de la description

Identifiant de la description

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision, de suppression

  • Migration depuis AMS RERO : 28.09.2020
  • Inventaire dressé par Joseph Leisibach. 2001, réédité en 2015

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Zone des entrées

Sujets associés

Personnes et organismes associés

Genres associés

Lieux associés